Bienvenue sur le blog du Shakko, groupement de joueurs au sein de l'association Rennaissance & Culture
(Sainte Geneviève des Bois dans l'Essonne). Le club, avec 30 ans d'existence , joue "HISTORIQUE" (du Moyen-âge à nos jours) et "FANTASTIQUE" ( Warhammer 40000, Warhammer Battle , Seigneur des anneaux ...) tous les samedis après-midi
Pour nous contacter ou vous tenir au courant rejoignez nous sur notre FORUM

18 juil. 2016

Un épisode de la campagne d'Espagne, janvier 1809

Suite à une victoire contre les Britanniques et leurs alliés péninsulaires, les Français lancés en poursuite se heurtent à une (très nombreuse) division espagnole laissée en couverture.
Pour cela ils se sont retranchés sur une colline garnie de retranchements redoutables sur leur droite pour leurs régiments de ligne et dans un village derrière un ruisseau peu profond à leur gauche en ce qui concerne leur milice.

Les Français, quant à eux, bien qu'étant en infériorité numérique flagrante, sont décidés à forcer le passage, suivant les ordres du GQG du petit caporal.

Les miliciens semblent confiants.

Sur la colline des volontaires de Valencia reconnaissables à leurs jupes.

 Les Français se préparent à monter à l'assaut : 3 brigades dont 1 de cavalerie.

En s'approchant des défenses les troupes ennemies se révèlent et offrent un feu disparate.

Sur ce flanc il est efficace, grâce notamment à l'artillerie particulièrement bien placée.

De l'autre côté les milices font un feu décevant et en reçoivent suffisamment pour se décider à rentrer dans leurs chaumières illico presto.

 
Au centre l'avance des mangeurs de grenouilles les font s'approcher d'un bosquet rocailleux des guerilleros font un feu inefficace mais rabattent un peu plus le moral des bleus.


 A la droite des Français, l'artillerie soutenue par de la cavalerie légère et des carrés arrêtent une brigade entière de cavalerie ennemie.

Du coup la brigade d'infanterie française qui faisait face au ruisseau peut traverser mais se retrouve face au village bondé...de milices en uniforme de réguliers soutenus par une bonne batterie.

 Un général espagnol et un de ses aides tentent de rallier les dernières unités de cavaleries restantes (ici des hussards de régiments emmêlés car en désordre).

Au niveau de la colline, la messe est dite : les Français ne passeront pas (malgré une tentative des dragons qui ont fait fuir les Valençais) et même un bataillon espagnol tente une contre-attaque.

L'autre flanc s'est arrêté au ruisseau, face aux troupes fraîches de 2e ligne, fortement retranchées dans le village, pendant que la cavalerie française se regroupent pour tenter de percer le centre, mais trop tard.